Ma rentrée, ce cauchemar


Ma rentrée était à 10h30. 

Les filles et moi, nous nous sommes retrouvées avant pour discuter, l'une de nous revenait du Canada, on avait besoin de se voir un peu. Je rigolais, je blaguais, nous étions bien, j'étais bien. 

10h30. L'appel des classes commençe. Les 1ère L/ES 1, en premier. Je n'écoutais pas, je n'avais pas entendu que c'était une classe mixte. Mon nom de famille se situe au centre de l'alphabet donc une fois la moitié passée ce cette classe, j'ai arrêté d'écouter pour continuer de rigoler avec mes amies. A un moment précis, au commencement de la classe de ES, je me suis concentrée pour écouter et savoir avec qui je ne serai pas en cours, sans pour autant me rendre compte que les personnes appelées étaient en ES. Une des mes amies m'a alors dit " Cléa, pas besoin d'écouter, tu n'es pas dans cette classe !" Je le pensais aussi, fortement, jusqu'à ce que je sois appelée. Si seulement elle avait eu raison. Dernière personne à être appelée, dernier nom de la liste, le mien. " Oh, putain ! "

C'est alors que tout a commencé, ou plutôt rien n'a commencé. On est entré en cours et la matinée s'est passée avec des tas d'informations sur l'année, la classe, les échéances. Je ne pouvais pas écouter, je ne me sentais pas à ma place. Je me disais que c'était une situation temporaire, que quelqu'un allait me dire "tu t'es trompée de classe, tu es en ES2" mais non. J'étais là, j'appartenais à cette classe et je le resterai. Ma gorge s'est nouée, ce n'était pas possible. J'ai passé la matinée à imaginer mes amies dans l'autre classe, dans les autres classes, ensemble, contentes de ne pas être tombées dans cette moitié de classe, si à part. 

En sortant des cours, j'ai retrouvé une de mes amies, qui elle était en ES2. On a parlé, je suis restée neutre, mon mal être, mes questions et ma tristesse au fond de moi. 

J'habite à moins de 10 minutes du lycée à pied. J'ai fais une partie du chemin avec mon amie et chacune est partie en direction de sa maison. C'était presque un soulagement de me retrouver seule car je ne pouvais pas exprimer ce que je ressentais, je ne pouvais pas. A quelques mètres de ma maison, j'ai fondu en larmes. J'ai continué d'avancer, je devais rentrer chez moi. Je suis arrivée, mes parents m'ont vu et sont venus vers moi affolés : " Oh, non c'est pas vrai !" 

J'ai expliqué à mes parents la situation, difficilement, très difficilement. Je ne pouvais pas retenir mes larmes, c'était trop, de trop. Je ne les remercierai jamais assez pour leur présence et leur soutien à ces moments-là. 


Je me suis posée beaucoup de questions, peut-être un peu trop. Pourquoi ? Juste, pourquoi ? 

Je me suis aussi posée la question du TPE. Nous sommes 11. Il faut trouver un groupe. Je ne suis pas quelqu'un qui aime m'imposer et j'ai souvent la peur de déranger,c'est mon caractère. Les principales personnes que je connaissais étaient des garçons. 3 garçons. Il fallait faire des groupes de 2 ou 3, les groupes de 4 sont déconseillés. Nous sommes 4, 3 garçons et moi-même, un de nous devait partir. Deux des garçons sont très amis et souhaitaient se mettre ensemble. On était donc plus que deux, à vouloir sans avoir le choix de se mettre avec ce groupe. La décision ne me revenait pas.
C'est un moment qui a été aussi très dur, qui encore une fois me rappelait vivement la situation dans laquelle je me trouvais.

J'ai ressenti tellement de sentiments différents et contradictoires. Je ressentais cette immense solitude d'être en cours, seule, d'attendre dans les couloirs, seule. C'est toujours plaisant de rire avec une de nos amies en cours, de sentir cette présence, juste une présence.Cette immense mal être d'être à part mais aussi frustrée d'être dans cet état pour une situation comme celle-ci. 

D'un autre côté, j'avais aussi ce besoin d'être seule, vraiment seule. Le besoin de me retrouver, de réfléchir, de comprendre est intense. Les questions revenaient sans cesse, sans que je puisse y trouver des réponses. 



Aujourd'hui, à presque deux semaines de cette rentrée, j'ai pris du recul. J'avance peu à peu et j'essaie de me projeter. Je découvre les personnes de ma classe, lentement mais sûrement. Je pense que ce ne sont pas des personnes avec qui je vais devenir grande copine et que ces relations avec un bon nombres d'entre-eux vont rester justement et purement scolaire. Ils se connaissent presque tous.
Quelque uns d'entre eux m'aident beaucoup au quotidien,  si ils passent par ici, j'espère qu'il se reconnaîtront. 

J'ai eu beaucoup de mal à écrire cet article, les mauvais souvenirs refont surface mais j'ai besoin d'exprimer ce que je ressens. Ecrire me permet de me libérer, il est plus facile  pour moi d'écrire que de parler.
J'ai beaucoup repoussé l'écriture de cet article, je commençais à écrire quelques mots mais je ne pouvais pas aller plus loin.

Cet article est brouillon et condensé, mais je ne peux pas classer ou structurer mon propos car dans ma tête c'est le chaos total.
Depuis une bonne semaine, j'essaye d'aller de l'avant et ne plus penser à ce jour qui m'a vraiment perturbé. C'est dur d'écrire ce que l'on ressent, d'employer les mots justes, de ne pas pleurer ou d'avoir mal à cause de cette situation.

Je suis bien consciente que dans la vie, certaines situations sont bien pires mais j'avais le besoin de partager mes sentiments avec vous et mon expérience.

Ce blog est mon petit espace de vie, il n'y pas que des articles positifs et celui-ci en fait parti.
Voilà, ma rentrée n'a donc pas été très drôle. Merci à ceux qui m'ont soutenu, à mes amies. Merci à vous les filles. Merci à toi Mathilde. Merci à mes amies blogueuses. Merci à vous, mes lecteurs, de faire vivre cet endroit, d'avoir été vraiment très présent sur le blog ces dernières semaines. Merci à vous. 

Si vous avez déjà vécue une situation semblable, n'hésiter pas à partager votre expérience dans les commentaires, ensemble on est plus fort. 

9 commentaires:

  1. Comme je te l'ai déjà dit, l'un des meilleurs articles sur ton blog... Félicitations! Bonne chance pour cette année, en espérant que la suvante sera meilleure! Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, merci pour ce que tu fais au quotidien ♥

      Supprimer
  2. Salut Chat-Mallow! Je t'écris parce que j'ai déjà vécu cette situation et plus d'une fois! Chaque année je me retrouve dans une classe avec des gens que je ne connais pas (déménagement, classes différentes, rarement dans la même classe que ses amis, passage du collège au lycée et cette année passage du lycée à l'école de commerce). On s'habitue même si les rentrées sont toujours très stressantes. En tout cas essaye de penser positif et essaie de t'entourer, c'est toujours mieux de se faire quelques ami(e)s même si c'est pour un an plutôt que de rester seule. Donne toi aussi les moyens d'arriver à réussir cette année en beauté et si ça te fait du bien dans ce cas là écrit.
    Je te souhaite beaucoup de positivisme, nous sommes tous passés par là!
    Gros bisous
    Les pipelettes et moi (Laure) pensont à toi :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire Laure ! C'est une situation difficile, merci de partager ton ressenti et ton expérience. Je te souhaite aussi une bonne année ! =)
      A très bientôt !

      Supprimer
  3. Ma chère C.,

    J'ai bien cru que j'aurais jamais le temps de lire et commenter ton article... Mais me voilà ♥
    Je suis tellement désolée de ce qui t'arrive ♥ Comme je te l'ai sûrement déjà dit, j'ai vécu cela en Seconde, et je sais que ce n'est pas drôle tous les jours. Mais c'est une excellente chose d'avoir pris l'initiative d'écrire ici ce que tu ressentais, peut-être que cela t'a un peu aidée à te libérer... Pour ça, tu peux être fière de toi. Tu vas réussir à aller de l'avant, parce que tu es forte et parce que tu le mérites.

    Plein de courages et de bisous, je suis avec toi, j'espère que tu le sais ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mathilde ♥,
      C'est vrai que c'est pas facile tous les jours, il y a des hauts et des bas, parfois beaucoup de bas et d'autres fois que des hauts, c'est très changeant.
      Cela m'a aidé de l'écrire et surtout mon entourage a compris ce que je vivais et à quel point j'en étais triste. Je n'arrive pas vraiment à en parler et écrire c'est extérioriser.
      Merci pour tout ça, Mathilde. ♥ Merci.

      Supprimer
  4. Je crois te l'avoir déjà dis, mais je ne connaissais personne en début de 2nde, et se retrouver dans un lycée que l'on ne connaît pas sans appui, ça n'a pas été facile. Mais au bout d'une semaine, j'ai commencé à parler aux autres et je me suis fait deux amies extraordinaires !!! ♥♥
    Cette année, ça a été pareil. Quand j'ai vu le jour de la rentrée que je ne connaissais personne, j'avais peur de retomber dans l'ennui de la première semaine de l'année dernière, mais cette fois-ci j'étais parée: je suis allée vers les autres, et même si ce ne sont pas de grandes copines et que je ne me sens pas toujours à ma place avec elles et eux (entre autre car ils se connaissaient tous), on commence à se connaître un peu ^^
    Bon courage ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les premiers jours voire semaines sont dur(e)s car comme tu le dis, on a aucun repère. Je me suis faite à cette nouvelle classe et je découvre peu à peu les personnes qui sont dans ma classe.
      Merci ! ♥

      Supprimer
  5. Heeey !! Je viens seulement de découvrir ton blog et me voici par le plus grand des hasards sur cet article. Je me suis reconnue dans chaque phrase, chaque sentiment que tu décris. Je me suis retrouvée dans la même situation que toi, entourée de personnes se connaissant déjà, liées depuis si longtemps qu'il me paraissait impossible de m'intégrer. Après de longs moments de solitude, de remise en question et un peu de courage j'ai su trouver ma place. J'espère qu'il en a été de même pour toi, que ton année de première s'est bien terminée. J’espère également que tu as mieux vécu ta rentrée de terminale. Prends soin de toi. ��

    RépondreSupprimer